Le temps n'attend personne

 

 

 

Une dame va fleurir la tombe de son mari.

« Bonjour, Antonio ! Tu as vu qui est venue avec moi aujourd’hui ? C’est notre petite-fille Sarah. Elle est partie chercher de l’eau. Tu sais, je la trouve triste ? Je crois qu’elle n’a pas bien réussi ses études. Je ne sais pas… Elle arrive.

- Mamie, comment s’est passée ta vie avec papi ?

- Oh, ma petite-fille, il y a eu de tout, mais surtout beaucoup d’attente.

- « D’attente ? » que veux-tu dire ?

- Et bien, depuis l’enfance, nous nous convainquons nous-mêmes que la vie sera meilleure après.

- Après ? Après quoi ?

- Tu penses que lorsque tu auras terminé tes études et trouvé un travail tu seras plus heureuse que maintenant, n’est-ce pas ?

- Oui, c’est ce que je crois, mais je ne comprends pas ce que tu veux dire…

- Ecoute bien. Je me suis mariée, convaincue que j’allais enfin trouver le bonheur, mais visiblement j’ai préféré attendre de devenir propriétaire de ma maison, ensuite d’avoir mes enfants et ensuite que mes enfants soient grands et ensuite de prendre ma retraite. Convaincue que chacun de ces désirs était la seule chose qu’il me manquait pour être enfin heureuse. De cette façon, la vie file sous tes yeux, attendant le train du bonheur qui n’arrive jamais.

- Mais alors tu regrettes de t’être mariée et d’avoir eu des enfants ?

- Non, non, de m’être mariée et d’avoir eu des enfants : non. La seule chose que je regrette, c’est de n’avoir pas su vivre plus intensément chacun de ces moments et de m’être attristée pour des choses qui n’en valaient pas la peine.

- Alors tu n’as jamais été heureuse ?

- Oh que oui, ma fille ! Il y eut des moments de bonheur, mais j’en ai perdu beaucoup d’autres pour ne pas avoir su les reconnaître… Sais-tu ce que j’ai appris après toutes ces années ?

- Quoi donc, mamie ?

- Que le bonheur n’arrive pas lorsque nous obtenons ce que nous désirons, mais lorsque nous savons jouir de ce que nous avons, sans rêver au lendemain, mais en vivant le jour présent, Sarah. Thésaurise chaque instant de ta vie et souviens-toi que le temps n’attend personne. Travaille comme si tu n’avais pas besoin d’argent. Aime comme si jamais personne ne t’avait blessée. Et danse comme si personne ne te regardait puisqu’il n’y a pas de meilleur moment pour le bonheur que celui de l’instant présent. Si ce n’est pas là maintenant, alors quand ? ma fille.

 

Merci à Mme Martins, mère de deux élèves du collège, pour avoir proposé ce très beau texte et sa traduction en français.