1834 : la municipalité permet aux Filles de la Croix d’éduquer chrétiennement et gratuitement des enfants en leur louant à partir du 1er janvier une très grande bâtisse appelée « Le Palais » ou « Palais de St Michel », située au centre de Bayonne, à l’emplacement actuel de la place Montaut. Ses trois façades donnent rue Douer, rue Sabatterie et rue Montaut.

Palais de St Michel, vu depuis la rue Montaut, aquarelle de Grimard.

Palais de St Michel, vu depuis la rue Douer, aquarelle de Grimard.

1839 : un ouvroir est ouvert sous le patronage de St Joseph. 

1845 : un asile (ancêtre de la crèche) est créé pour le gardiennage des enfants de moins de six ans.

1851 : l’établissement reçoit l’autorisation d’être une école communale de filles. 

1852 : l’asile de la rue Douer compte 130 enfants.

1856 : l’orphelinat Ste Marie profite du n°16 de la rue Douer acheté par l’abbé de Quevedo, directeur, et aumônier des Filles de la Croix.  

La place Montaut, vue depuis la rue Douer, aquarelle de Barday.

1860 : l’abbé de Quevedo, fait construire, à l’emplacement d’une maison, la chapelle qui donne sur la place Montaut et dont l’entrée est rue Douer. Elle est financée grâce à une souscription et aux finances personnelles du prêtre.

1883 : l’école accueille 452 élèves répartis en huit classes. L’asile de la rue Douer compte 220 enfants et il est mixte.

1884 : une directrice laïque est imposée (Loi Jules Ferry) ainsi que la réduction du nombre de classes. Trois classes sont fermées, il en reste cinq. Cette école s’appelle alors « l’Ecole communale du Grand Bayonne – rue Douer »

1884 : une école libre ouvre à la rue Douer, au n°16 et au deuxième étage du n°5 de la rue Montaut. Le premier étage de la maison est réservé aux propriétaires, les dames Larrouy, et le troisième étage aux locataires. L’effectif est de 284 élèves.

1886 : les dames Larrouy cèdent tout le bâtiment à l’école.

1896 : l’école est paroissiale, elle compte 197 élèves dans les classes et 142 enfants à l’asile. L’enseignement dispensé par les Filles de la Croix est gratuit pour les parents, mais financé par des familles bayonnaises au grand cœur, riches et moins riches.

1900 : des vitraux de l’entreprise Mauméjean de Saint-Sébastien sont installés dans la chapelle.

1905 : les sœurs quittent l’école de la rue Douer en septembre. Une religieuse sécularisée prend la direction. Plus tard, les religieuses reviendront à la tête de l’établissement scolaire.
  
1908 : la demeure que la famille de Montaut possédait au XVIème siècle et que l’on appelait « Le Palais » est rasée en novembre. Une plaque en rappelle l’existence sur le mur du collège (côté place Montaut). Elle avait reçu plusieurs personnalités comme Elisabeth de France en 1615, fille de Henri IV, la reine Anne d’Autriche en 1615 aussi, qui épousa Louis XIII, et Marie-Anne de Neubourg, veuve du roi d’Espagne Charles II, qui y séjourna une trentaine d’années jusqu’en 1738.
  
1960 : fermeture de l’ouvroir qui dispensait aussi des cours d’enseignement ménager et technique. Dans ces années-là, le Cours Complémentaire Filles est rattaché au Primaire Filles et à la Maternelle Mixte. La directrice est une religieuse. L’internat pour les filles se situe rue Douer où vit la communauté des Filles de la Croix. A la rue de Luc, le Primaire Garçons est dirigé par les Frères des Ecoles Chrétiennes du collège St Bernard (aujourd’hui collège La-Salle-Saint-Bernard).
  
1975 : un directeur laïc, M. Etienne Riobé, est nommé. Il succède à soeur Marguerite Elisabeth. Il a la charge du Cours Complémentaire Mixte (un seul garçon la première année) qui est rattaché au Primaire Garçons. Notre-Dame est désormais sous tutelle diocésaine.
  
1979 : le Cours Complémentaire devient « Collège Privé Notre-Dame ».
Les deux Primaires, Filles et Garçons, qui fusionnent, et la Maternelle Mixte sont confiées à Mlle Latour. La Maternelle et le Primaire Filles s’installeront finalement rue de Luc, ensuite l’entrée se fera par la rue Montaut.
  
1981 : la chapelle de la rue Douer devient une salle polyvalente à l’usage du collège.
  
1982 : la chapelle est vendue à l’association propriétaire de la rue de Luc (A.E.E.P.), elle ne sert plus au culte. Un tableau est offert au Musée Basque : « l’Annonciation » d’Eugène Pascau. Les vitraux de l’entreprise Mauméjean sont déposés par maître Carrère. Celui qui représente Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours est installé dans l’église de la Trinité à Anglet, Sainte Thérèse d'Avila dans le nouveau Carmel de Simacourbe en 2011 et Sainte Agnès et Saint Léon éclairent depuis février 2011 la chapelle de l’adoration à Bayonne. Saint Paul n’est toujours pas replacé. Saint François-Xavier et Saint Ignace de Loyola sont en dépôt au Musée Basque depuis 2012.
  
1989 : on commence à parler de la délocalisation du collège. Elle fera couler beaucoup d’encre, mais plus de vingt ans après rien n’est toujours prévu.
2005 : un second directeur laïc est nommé à la tête du collège, M. Pascal Landart. L’effectif est de 120 élèves pour 6 classes.
Le projet Educatif est séparé du Règlement Intérieur et adopté par l’équipe éducative.
Une politique de rénovation intérieure du bâtiment débute.
 
2006 : Création du logo du collège par une artiste d’Ascain, Pantxika Maya.
 
2007 : Adoption du Projet d’Etablissement : AIDER L’ELEVE
 
2008 : L’école et le collège NOTRE-DAME resserrent les liens et souhaitent devenir un ensemble scolaire de plus de 200 élèves.
Une messe, le 16 octobre à la cathédrale, marque le point de départ d’un travail en commun entre les deux communautés éducatives. Un conseil de Direction réunit régulièrement les deux chefs d’établissements, Mme Valérie Cailleba pour l’école, et M. Pascal Landart pour le collège.

La Journée des Communautés Educatives proposée par l’Enseignement Catholique en décembre 2008 réunit les deux équipes éducatives pour un temps fort en commun sur le thème d’année "Choisir la Rencontre" et une visite de la flèche sud de la cathédrale de Bayonne, du portail de la sacristie et de la crypte.
 
18 mars 2009 : Mgr Marc Aillet, nouvel évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, visite le collège Notre-Dame.
 
Août 2009 : L’intérieur de l’ancienne chapelle est repeint. On l’appelle désormais "la salle Notre-Dame".
 
Septembre 2009 : Mme Betty GAMOY-MOUESCA est nommée directrice de l’école NOTRE-DAME.
 
Septembre 2010 : Création de la Maîtrise sous la direction de Luc Terrieux. Les 6e sont membres de la maîtrise de la cathédrale de Bayonne (chorale).
 
Décembre 2010 : Elaboration du Projet Pastoral du collège.
 
Septembre 2011 : Les 6e et les 5e sont membres de la Maîtrise de la cathédrale de Bayonne (chorale).
 
Le collège fait l’acquisition d’un tableau blanc interactif avec accès Internet par classe. Une nouvelle façon d’enseigner.
 
Octobre 2011 : Mise en place du Tutorat Adultes-Elèves.
 
Janvier 2012 : Le Projet d'Etablissement adopté en 2007 est actualisé. Son objectif devient : ACCOMPAGNER L'ELEVE DANS SA REUSSITE.
 
Mai 2012 : Les deux dernières classes sont équipées de mobilier neuf.
 
Septembre 2012 : Une ardoise numérique sans fil par classe vient compléter l'utilisation du tableau blanc interactif.
 
Juin 2013 : Fin de la Maîtrise. Poursuite des travaux de rénovation.
 
Novembre 2013 : La Journée des Communautés Educatives réunit l'école Notre-Dame, l'école St Paul-Ste Marguerite et le collège Notre-Dame pour une réflexion en commun sur le thème des pratiques éducatives de l'enseignement catholique.
 
2014 : le collège Notre-Dame a 180 ans ! Une messe d'action de grâce a été concélébrée à la cathédrale, le 19 juin. Pour en savoir plus, cliquez ici. A partir de décembre, les élèves portent un maillot blanc avec le logo du collège pour les cours d'Education Physique et Sportive.
 
 
 

 


Un grand merci aux Filles de la Croix d’Ustaritz, à M. Riobé et à Mlle Berhouet qui ont permis la réalisation de ce bref historique (pour la partie 1834-1989). Merci à M. Andrés Garcia de Quevedo y Ochoa pour la photo de Mgr de Quevedo (1882). Merci à Martine Conquéret pour les photos des vitraux de St Léon et de Ste Agnès.

 

Statue de St Joseph à l'Enfant, entrée de la chapelle des Filles de la Croix Bayonne

Statue de St Joseph à l'Enfant,

façade de la chapelle, côté rue Douer

 

Tympan de la chapelle de la chapelle des Filles de la Croix, rue Douer à Bayonne

Tympan de la chapelle des Filles de la Croix,

par Fraysse, côté rue Douer

La place Montaut

depuis la rue Douer

vers 1920

Intérieur chapelle rue Douer Bayonne

L’intérieur de la chapelle

des Filles de la Croix

vers 1900

sur-le-toit-15-bis.jpg

La croix au-dessus de la façade de la chapelle, sculptée par Henri Cablane et bénie par Mgr Chesnelong, archevêque de Sens, le 29 septembre 1915. La précédente croix fut détruite par la tempête du 22 février 1915.

Façade ancienne chapelle

La place Montaut

depuis la rue Douer

en 2007

Monseigneur Barnabé de Quevedo,

constructeur de la chapelle des Filles de la Croix à Bayonne

Mgr-de-Quevedo.jpg 

Mgr de Quevedo (en 1882)

Photo envoyée du Mexique par Andrés Garcia de Quevedo y Ochoa

 

Barnabé de Quevedo est né le 11 juin 1816 à Guadalajara au Mexique. Son père s'installe à Bordeaux, puis à Bayonne, place Montaut, dans la maison "l'Espérance". Il commence ses études au pensionnat de Saint-Léon et les termine au petit-séminaire de Larressore. Ordonné prêtre en 1840, il est nommé économe du petit séminaire de Larressore. En 1848, il est nommé aumônier des Filles de la Croix, puis il sera chanoine honoraire et chanoine titulaire.

En 1860, "dépensant toujours sans compter, l'abbé de Quevedo éleva bientôt la gracieuse chapelle de la rue Douer ; le saint prêtre avait compris que le vrai foyer de la vie des Filles de la Croix et de toute oeuvre chrétienne, c'est la maison de Dieu et il la voulait, et il la voulut toujours belle et attrayante."

Le pape Léon XIII le nomma protonotaire apostolique en 1890, quelques heures avant l'annonce du décès de celui qui fit contruire la chapelle de la rue Douer aujourd'hui salle Notre-Dame.

D'après un extrait de La Semaine de Bayonne in Bulletin Catholique du Diocèse de Bayonne,

7 septembre 1890, Nécrologie

Archives du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron

 

L'abbé de Quevedo, peint en 2010 par Andrés Garcia de Quevedo y Ochoa

 


 

Notre-Dame

du Perpétuel Secours,

Vitrail qui était autrefois

dans la chapelle

st-Leon-1.jpg

Saint Léon,

Vitrail qui était autrefois

dans la chapelle

ste-Agnes.jpg

Sainte Agnès,

Vitrail qui était autrefois

dans la chapelle

 

L'Annonciation d'Eugène Pascau

 

L'Annonciation, peinte par Eugène Pascau en 1923 et exposée à Paris au Salon de 1923, a été offerte par la famille Dominique aux Fillles de la Croix. Madeleine-Joséphine Dominique, épouse du peintre, a posé pour le portrait de la Vierge. En 1932, M. et Mme Léonce Dominique, parents de Mme Dominique-Pascau, offrent cette grande composition (188 x 188) à la Ville de Bayonne qui l'installe à la chapelle des Filles de la Croix. Au départ des religieuses, elle est offerte au Musée Basque par les Filles de la Croix en 1983. Merci à M. Olivier Ribeton, conservateur du Musée Basque, pour cette photo et les précisions mentionnées ici (juin 2014).

 

Annonciation Pascau

 

Ce tableau est présenté à la crypte de l'église Ste Eugénie à Biarritz, du 2 mai au 14 juin 2015, dans le cadre de l'exposition "Biarritz Années Folles". Merci à Mme Patricia Blanc pour l'autorisation de publier ces deux photos.

Foi

Foi (Fides)

 Ces trois peintures du plafond de

l'ancienne chapelle

photographiées en janvier 2012

symbolisent les vertus théologales

 

Espérance

Espérance (Spes)

Charité

Charité (Caritas)

IHSLe monogramme IHS (Jésus, en grec)

 
La crucifixion
Les trois clous et la couronne
d'épines de la crucifixion
de Jésus

La place Montaut à Bayonne peinte vers 1960 par Pierre Mahut (1910-2004)

La place Montaut peinte vers 1960 par Pierre Mahut (1910-2004)

avec l'aimable autorisation en 2012 de son fils Gilles Mahut

 

Composition_vieilles_photos_ND1.JPG

 

Composition de photos

d’élèves d’autrefois

Composition de photos

d’élèves de nos jours

Composition-travaux-ND.jpg

Les travaux de rénovation

depuis 2005

 La place Montaut

Les élèves sur la place Montaut

de nos jours

Maitrise-11.jpg

La Maîtrise

de 2010 à 2013